PHOTOS - Le père Noël est une ordure : cinq rôles splendides

18/12/2011 - 13h23
  • Partager sur :
  • 2
  • Le père Noël est une ordure : cinq rôles splendides

    Un ascenseur qui tombe en panne, des petits gâteaux roulés sous les aisselles, un tricot pour descendre les poubelles… Depuis 1982, cette comédie, créée par la troupe du Splendid, reste cultissime ! Revue de détail.

     

    Pierre Mortez (Thierry Lhermitte) : L’hypocrite

     

    Bénévole de nuit à SOS Détresse Amitié, il répond des "C’est c’la, oui" aux désespérés qui appellent ce numéro d’urgence. Tout en se passant négligemment la main dans les cheveux. Vêtu d’un costume à carreaux gris assorti à son canapé, il peint des toiles hideuses représentants des cochons roses en slip blanc. Bref, sous ses dehors d’humaniste propret, Mortez est un obsédé sexuel cynique et hypocrite. C’est le père de Marie-Anne Chazel, pasteur et bénévole à SOS Amitié, qui a inspiré ce personnage.

     

    Josette (Marie-Anne Chazel) : Le cas social

     

    Enceinte jusqu’au dentier (8 mois et 16 jours !), Zézette traîne un Caddie bourré de vieilles fripes et fuit Félix, son compagnon, à cause de sa brutalité. Asociale, simple d’esprit, elle a aussi un cheveu sur la langue et râle en zozotant quand elle peine à remplir ses papiers de la Sécurité sociale : "Éboueux ? Et pourquoi pas ramasseur de poubelles pendant que vous y êtes !" Gérard Jugnot et Thierry Lhermitte ont proposé cette irrésistible figure à Marie-Anne Chazel, qui a accepté avec enthousiasme, quitte à salement s’enlaidir. Avec succès : lors d’une scène tournée au zoo de Vincennes, les passants, qui croyaient avoir affaire à une authentique SDF, lui donnaient des pièces…

     

    Félix (Gérard Jugnot) : L’ordure splendide

     

    "Je me dispute à coups de fer à souder car je suis bricoleur !", hurle-t-il. L’ordure du titre, c’est lui. Violent, alcoolique, raciste, d’une vulgarité crasse, il habite avec Josette un taudis peuplé de lapins au bord du périphérique. Chômeur, il gagne sa vie en Père Noël clandestin, arnaquant les touristes autour des grands magasins. Gérard Jugnot, coscénariste du film, s’est beaucoup amusé à incarner Félix. Au cours du tournage, en décembre 1981 près des Galeries Lafayette, il s’est tellement pris au jeu qu’il a fini sa scène dans un car de police : les vigiles du magasin avaient repéré son étrange panoplie rouge. L’acteur a écopé d’une contravention pour "port illégal de la tenue de Père Noël"…

     

    Katia (Christian Clavier) : Le travelo romantique

     

    Inénarrable Katia, qui, avec son talon cassé et sa tenue léopard, cherche vainement à séduire Pierre Mortez, le temps d’un slow torride. Mal dans sa peau, il lance à un Mortez stupéfait : « Vous êtes myope du cœur, des yeux et du cul ! » Ce rôle avait été écrit pour Gérard Jugnot, qui l’a refusé, pour ne pas se raser la moustache ! C’est donc Christian Clavier qui s’y est collé, impeccable. 

     

    M. Preskovich (Bruno Moynot) : Le voisin collant

     

    Avec sa chapka et son fort accent de l’Est, cet émigré yougoslave adore offrir ses fameux doubitchous : des truffes au chocolat de son pays, "roulées à la main sous les aisselles". L’idée — géniale — de ce gag culinaire vient de Josiane Balasko : les doubitchous, qui existent bel et bien, sont la spécialité d’Osjek (Croatie), ville natale d’Ivan Balaskovic, le père de l’actrice.

     

    Le Père Noël est une ordure à suivre ce soir à 20h35 sur France 2.

     

    Jean-Baptiste Drouet du magazine Télé 7 jours

  • Félix (Gérard Jugnot) : L’ordure splendide

    "Je me dispute à coups de fer à souder car je suis bricoleur !", hurle-t-il. L’ordure du titre, c’est lui. Violent, alcoolique, raciste, d’une vulgarité crasse, il habite avec Josette un taudis peuplé de lapins au bord du périphérique. Chômeur, il gagne sa vie en Père Noël clandestin, arnaquant les touristes autour des grands magasins. Gérard Jugnot, coscénariste du film, s’est beaucoup amusé à incarner Félix. Au cours du tournage, en décembre 1981 près des Galeries Lafayette, il s’est tellement pris au jeu qu’il a fini sa scène dans un car de police : les vigiles du magasin avaient repéré son étrange panoplie rouge. L’acteur a écopé d’une contravention pour "port illégal de la tenue de Père Noël"…

  • Pierre Mortez (Thierry Lhermitte) : L’hypocrite

    Bénévole de nuit à SOS Détresse Amitié, il répond des "C’est c’la, oui" aux désespérés qui appellent ce numéro d’urgence. Tout en se passant négligemment la main dans les cheveux. Vêtu d’un costume à carreaux gris assorti à son canapé, il peint des toiles hideuses représentants des cochons roses en slip blanc. Bref, sous ses dehors d’humaniste propret, Mortez est un obsédé sexuel cynique et hypocrite. C’est le père de Marie-Anne Chazel, pasteur et bénévole à SOS Amitié, qui a inspiré ce personnage.

  • Josette (Marie-Anne Chazel) : Le cas social

    Enceinte jusqu’au dentier (8 mois et 16 jours !), Zézette traîne un Caddie bourré de vieilles fripes et fuit Félix, son compagnon, à cause de sa brutalité. Asociale, simple d’esprit, elle a aussi un cheveu sur la langue et râle en zozotant quand elle peine à remplir ses papiers de la Sécurité sociale : "Éboueux ? Et pourquoi pas ramasseur de poubelles pendant que vous y êtes !" Gérard Jugnot et Thierry Lhermitte ont proposé cette irrésistible figure à Marie-Anne Chazel, qui a accepté avec enthousiasme, quitte à salement s’enlaidir. Avec succès : lors d’une scène tournée au zoo de Vincennes, les passants, qui croyaient avoir affaire à une authentique SDF, lui donnaient des pièces…

  • Katia (Christian Clavier) : Le travelo romantique

    Inénarrable Katia, qui, avec son talon cassé et sa tenue léopard, cherche vainement à séduire Pierre Mortez, le temps d’un slow torride. Mal dans sa peau, il lance à un Mortez stupéfait : « Vous êtes myope du cœur, des yeux et du cul ! » Ce rôle avait été écrit pour Gérard Jugnot, qui l’a refusé, pour ne pas se raser la moustache ! C’est donc Christian Clavier qui s’y est collé, impeccable.

  • M. Preskovich (Bruno Moynot) : Le voisin collant

    Avec sa chapka et son fort accent de l’Est, cet émigré yougoslave adore offrir ses fameux doubitchous : des truffes au chocolat de son pays, "roulées à la main sous les aisselles". L’idée — géniale — de ce gag culinaire vient de Josiane Balasko : les doubitchous, qui existent bel et bien, sont la spécialité d’Osjek (Croatie), ville natale d’Ivan Balaskovic, le père de l’actrice.

Un ascenseur qui tombe en panne, des petits gâteaux roulés sous les aisselles, un tricot pour descendre les poubelles… Depuis 1982, cette comédie, créée par la troupe du Splendid, reste cultissime ! Revue de détail.

Pierre Mortez (Thierry Lhermitte) : L’hypocrite

Bénévole de nuit à SOS Détresse Amitié, il répond des "C’est c’la, oui" aux désespérés qui appellent ce numéro d’urgence. Tout en se passant négligemment la main dans les cheveux. Vêtu d’un costume à carreaux gris assorti à son canapé, il peint des toiles hideuses représentants des cochons roses en slip blanc. Bref, sous ses dehors d’humaniste propret, Mortez est un obsédé sexuel cynique et hypocrite. C’est le père de Marie-Anne Chazel, pasteur et bénévole à SOS Amitié, qui a inspiré ce personnage.

Josette (Marie-Anne Chazel) : Le cas social

Enceinte jusqu’au dentier (8 mois et 16 jours !), Zézette traîne un Caddie bourré de vieilles fripes et fuit Félix, son compagnon, à cause de sa brutalité. Asociale, simple d’esprit, elle a aussi un cheveu sur la langue et râle en zozotant quand elle peine à remplir ses papiers de la Sécurité sociale : "Éboueux ? Et pourquoi pas ramasseur de poubelles pendant que vous y êtes !" Gérard Jugnot et Thierry Lhermitte ont proposé cette irrésistible figure à Marie-Anne Chazel, qui a accepté avec enthousiasme, quitte à salement s’enlaidir. Avec succès : lors d’une scène tournée au zoo de Vincennes, les passants, qui croyaient avoir affaire à une authentique SDF, lui donnaient des pièces…

Félix (Gérard Jugnot) : L’ordure splendide

"Je me dispute à coups de fer à souder car je suis bricoleur !", hurle-t-il. L’ordure du titre, c’est lui. Violent, alcoolique, raciste, d’une vulgarité crasse, il habite avec Josette un taudis peuplé de lapins au bord du périphérique. Chômeur, il gagne sa vie en Père Noël clandestin, arnaquant les touristes autour des grands magasins. Gérard Jugnot, coscénariste du film, s’est beaucoup amusé à incarner Félix. Au cours du tournage, en décembre 1981 près des Galeries Lafayette, il s’est tellement pris au jeu qu’il a fini sa scène dans un car de police : les vigiles du magasin avaient repéré son étrange panoplie rouge. L’acteur a écopé d’une contravention pour "port illégal de la tenue de Père Noël"…

Katia (Christian Clavier) : Le travelo romantique

Inénarrable Katia, qui, avec son talon cassé et sa tenue léopard, cherche vainement à séduire Pierre Mortez, le temps d’un slow torride. Mal dans sa peau, il lance à un Mortez stupéfait : « Vous êtes myope du cœur, des yeux et du cul ! » Ce rôle avait été écrit pour Gérard Jugnot, qui l’a refusé, pour ne pas se raser la moustache ! C’est donc Christian Clavier qui s’y est collé, impeccable. 

M. Preskovich (Bruno Moynot) : Le voisin collant

Avec sa chapka et son fort accent de l’Est, cet émigré yougoslave adore offrir ses fameux doubitchous : des truffes au chocolat de son pays, "roulées à la main sous les aisselles". L’idée — géniale — de ce gag culinaire vient de Josiane Balasko : les doubitchous, qui existent bel et bien, sont la spécialité d’Osjek (Croatie), ville natale d’Ivan Balaskovic, le père de l’actrice.

Le Père Noël est une ordure à suivre ce soir à 20h35 sur France 2.

Jean-Baptiste Drouet du magazine Télé 7 jours

COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
Une tuerie, ce film ! Une succession de scènes cultes. MDR quand Katia et Pierre dansent ! Ou le coup de fil à Thérese "Je t'emmerde[...] je te défonce.." En bref, un français n'a jamais vraiment vécu tant qu'il n'a pas vu ce film.
  • 0
  • 0
Anonyme | le 18/12/2011 à 16h37 | Signaler un abus
Votre réponse...
film culte
  • 0
  • 0
Anonyme | le 18/12/2011 à 13h55 | Signaler un abus
Votre réponse...
Ils ont aimé
Programme TV
  • 20h55 Johnny la soirée événement
  • 20h45 Roberto Alagna, le grand show
  • 20h45 Entre vents et marées
  • 20h55 Zulu
  • 20h38 Echappées belles
  • 20h50 Perception
    > Tout le programme TV
    Audiences TV
    Audience télé du 19/12 (source : Médiamétrie)
    • 20.9% En direct avec Arthur 4 477 000 téléspectateurs
    • 14.8% Elementary 3 760 000 téléspectateurs
    • 13.9% Les petits meurtres d'Agatha Christie 3 458 000 téléspectateurs
    > Toutes les audiences TV