Le Meilleur pâtissier

Le Meilleur pâtissier sur M6
  • Accueil
  • News(37)
  • Photos(5)
  • Vidéos(3)
  • Présentateur
  • Vos commentaires
  • Diffusions

Le Meilleur pâtissier : Faustine Bollaert, dans la cour des grandes

03/12/2012 - 15h52
  • Partager sur :
  • 0
©
Tout semble sourire à cette jeune mariée. En dix ans, depuis ses chroniques impertinentes sur le canapé rouge de Michel Drucker, Faustine Bollaert a gravi les échelons de la célébrité. Aujourd’hui M6 lui confie un prime, Le Meilleur pâtissier, en plus de 100% Mag, qu’elle anime tous les jours depuis septembre. Celle que l’on a vu grandir affiche son bonheur, et confie à Télé 7 Jours son envie de bébé…

Après le people et la télé-réalité, vous voir aux commandes du programme Le meilleur pâtissier sur M6, c’est plutôt étonnant non ?

Faustine Bollaert : Non car je suis très gourmande ! Je suis à la fois maîtresse de cérémonie et complice des candidats. J’adore les valeurs positives de cette émission, les gens sont passionnés, on échange des astuces, on rigole ! Finalement, on me découvre telle que je suis dans la vie.

Pour la ligne, ce n’est pas l’idéal…

J’ai pris 3 kilos en trois semaines (elle les a reperdus depuis…), mais c’était de bon cœur, des kilos "positifs", pas ceux accumulés dans le stress. Même si j’ai arrêté de fumer au début du tournage et dû surveiller ma ligne pour pouvoir enfiler ma robe de mariée.

Pour les sujets de 100% Mag, magazine de la vie quotidienne,  il vous arrive de vous inspirer de  votre expérience ?

Evidemment ! Et aussi de ce que vivent mes amis ! J’ai l’exemple d’une copine qui, à la suite d’un coup de foudre, était prête à tout quitter pour aller vivre au Maroc avec son compagnon. On en a fait un reportage. Idem pour le sujet "La cigarette électronique est-elle dangereuse ?", j’avais essayé ce curieux objet et j’en suis devenue accro.

Votre image de fille rigolote et impulsive a laissé place à une femme à l’humour plus maîtrisé. En êtes-vous consciente ?

Au début, j’avais les défauts de ma jeunesse, trop rentre-dedans, trop incisive. J’ai aussi trop joué sur mon décolleté, je riais trop fort… Je voulais tellement faire ce métier que j’étais "too much". Et puis grâce aux rencontres avec Michel Drucker et Jean-Marc Morandini, j’ai appris à mettre de la rondeur dans ce que je faisais. Il a fallu que je montre mon vrai visage : plus de féminité et de douceur, comme je l’ai fait dans Et si c’était ça le bonheur, que je présentais encore l’année dernière sur Europe 1. J’attendais de pouvoir le faire à la télévision.

Petite, rêviez-vous de faire ce métier ?

Oui ! A 13 ans, quand on me demandait ce que je voulais faire, je répondais : "de la télévision !". J’ai une photo de moi petite où je pose avec un bâton de colle dans les mains en guise de micro. J’ai même retrouvé des images où j’imite Jean-Pierre Foucault et mon frère interprète les stars de l’époque coiffé de perruques !

Avec le recul, vous avez une idée de ce qui vous a conduite sur cette voie ?

Certainement un besoin de reconnaissance, d’être aimée par le plus grand nombre. J’ai longtemps été complexée, obsédée par mon image. J’avais besoin de prouver à mes proches que j’étais capable de me surpasser. Aujourd’hui, je me sens bien dans ma peau. Mais il y a eu  un gouffre entre la femme fatale un peu glamour et rentre dedans et la fille fragile et peu sûre d’elle que j’étais.

Vous faites attention à votre look ?

J’adorerais être hyper branchée. Michel Drucker m’a pourtant toujours dit : "C’est bien de ne pas être à la mode car on ne passe pas de mode…".  Mais quand même ! J’aimerais bien être plus moderne dans ma façon de m’habiller. Certaines animatrices osent différentes coiffures, des styles différents. Moi, je reste très classique. Je pense prendre un coach pour m’apprendre à mettre un peu de peps et de pétillant dans mes tenues ou accessoires.

Et vos amies ?  Elles commentent vos prestations télévisées ?

Je n’ai pas spécialement envie de discuter "télé" avec elles. J’en parle tellement au quotidien qu’on a d’autres sujets de discussion. Mais, elles me soutiennent dans des moments importants. Elles étaient très excitées, par exemple, quand j’ai participé à Pékin Express. On avait organisé une soirée spéciale pour regarder le programme.

Quel regard votre mère porte-t-elle sur la carrière de sa fille ?

La seule qui peut critiquer sa fille, c’est elle !  Elle me voit comme la huitième merveille du monde et quand on m’attaque, elle le vit beaucoup plus mal que moi. Animatrice télé est un métier très violent. On nous juge sur notre physique, notre humour, nos mots. On remet en question notre personnalité, on critique rarement notre travail  mais plus souvent ce que nous sommes. Aussi, je ne vais plus sur Internet regarder les commentaires. Je ne suis pas maso !

Vous avez épousé l’écrivain Maxime Chattam le 31 août à Paris. Pourquoi avez-vous franchi le pas ?

Tout simplement parce que j’ai rencontré la bonne personne, celle qui a tout changé. Les gens de la télé ont été très surpris car, paraît-il, on ne marie plus à notre époque. Mais pour moi, cela a changé ma vision du couple. J’ai le sentiment d’avoir des responsabilités d’épouse.

Comment est née votre histoire d’amour ?

Sur Europe 1, dans "Et si c’était ça le bonheur", qui n’a jamais si bien porté son nom que le jour où j’ai invité Maxime ! J’adorais l’écrivain et lui aimait beaucoup mon émission, il appréciait mon travail de journaliste. Du coup, dans "Leviatemps", il avait baptisé son héroïne Faustine, comme celle qu’il entendait dans le poste mais ne connaissait pas. Dans ce roman, le narrateur qui s’appelle Guy, le deuxième prénom de Maxime, tombe follement amoureux de Faustine et quitte tout pour celle-ci…

Généralement après le mariage, on pense à fonder une famille. Est-ce à l’ordre du jour ?

Aujourd’hui, il ne manque plus à mon bonheur que d’avoir un enfant…

Interview Thomas Gaetner de Télé 7 Jours

  • 0
Prochainement au cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Ils ont aimé
    Programme TV
    • 20h55 Une famille formidable
    • 20h50 Castle
    • 20h45 Winston Churchill
    • 20h55 Borgia
    • 20h40 Nicolas Le Floch
    • 20h50 Extant
      > Tout le programme TV
      La sélection Replay avecTV-replay
      • Gustavo Dudamel dirige le Wiener Philharmoniker Gustavo Dudamel dirige... Gustavo Dudamel dirige le Wiener Philharmoniker pour un concert hommage célé ...
      • Les enquêtes de Murdoch Les enquêtes de Murdoch Brackenreid et Murdoch doivent escorter James Gillies, l'assassin du mari de ...
      • Sports mécaniques - Eurosport Sports mécaniques - Eu... 1 - Di Meglio à la fête, enfin ...
      > Tout TV-replay
      Audiences TV
      Audience télé du 19/10 (source : Médiamétrie)
      • 21.6% Harry Potter et les reliques de la mort 4 907 000 téléspectateurs
      • 13.1% Zone interdite 3 298 000 téléspectateurs
      • 13% Dark Shadows 3 362 000 téléspectateurs
      > Toutes les audiences TV